« René Raimondi à la mémoire qui flanche... | Accueil | François Hollande veut nouer une relation durable l'extrême-gauche française »

Commentaires

Raymond Hiresh

...et qu'en est-il des gènes qui font que certains ont des tendances à devenir des dictateurs? Est-ce que la science permet aujourd'hui de tester quel candidat pourrait développer de telles déviances comportementales?

Raymond Hiresh
raymond@resistancefrancaise.com

Lavande et Coquelicots

Et la bêtise, c'est inné la bêtise, ou bien lié largement aux (non-)acquis ?

Vous avez lu les propos d'Axel Kahn, au moins ?

labougier

Explication de texte fort mal menée.
Seule une partie de l'argumentation est prise en compte . C'est ce qu'on appelle un travail totalement malhonnête .
Heureusement que l'école nous apprend encore (et plus pour longtemps) à lire c'est à dire à réfléchir à ce qu'on lit , à comprendre ce qu'on nous transmet.
En lisant un tel article,on comprend mieux pourquoi l'UMP et son gouvernement veulent restreindre l'éducation à de l'élevage !

L&C

Nous vous remercions de ne pas apporter le moindre argument dans votre réponse. Nicolas Sarkozy avait été attaqué par des gens comme vous 1/ prétendant que les gènes n'avaient aucune influence dans le comportement et 2/ prétendant que notre actuel président avait estimé que les gènes étaient absolument déterminants (et que l'acquis ne pesait rien).

L'un comme l'autre sont faux.

1/ Les gènes ont une influence dans le comportement, et Axel Kahn le reconnaît.

2/ Sarkozy défendait la thèse de l'influence et de l'inné, et de l'acquis. Pour son contradicteur, Michel Onfray, tout est acquis, rien n'est inné.

Vous avez lu leur dialogue, au moins ?

Quoi qu'il en soit, vous ne prouvez pas le contraire, vous ne donnez même AUCUN argument.

Pour ce qui est des études, merci pour vous, nous en avons fait quelques-unes. Suffisamment pour savoir qu'elles ne font pas tout. Suffisamment encore pour répondre à ceux qui parlent sans argumenter. Vous êtes directement concernée.

Vous savez, nous avons suffisamment d'exigence envers la démocratie pour ne pas en faire la bataille d'opinion dans laquelle vous tentez délibéremment de l'enfermer. Nous sommes prêts à prendre nos contradicteurs au sérieux.

Encore faut-il que les contradicteurs le soient.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Archives