« Succès du meeting d'Alain Aragneau hier soir | Accueil | Lombardie : l'ultime bafouille »

Commentaires

M. Roussel

Bonjour,

Curieux, je me suis rendu au meeting d'Alain Aragneau à Istres.
De sensibilité de gauche mais écoeuré par le niveau de ceux qui représentent mes idées je suis un peu perdu.

Monsieur Aragneau me semble être un type trés bien, pas prétentieux. Je crois que je vais lui donner sa chance. Monsieur Vaxes n'a pas un bilan terrible et ne pourra, selon moi, rien faire pour nous en tant qu'ultra minoritaire. Mme Sans n'a aucune chance, et M. Raimondi que je connais un peu n'est pas du tout ma "tasse de thé" pour rester poli. Bref aucun candidat de gauche qui me fasse "vibrer" et en plus rien a espérer pour (dans la circonscription) avec un député qui n'appartiendrait pas à la nouvelle majorité.

Alors pour une fois je vais faire comme les politiques qui ne regarde que leur intérêt personnel. Je crois bien que je vais voter pour M. Aragneau.

Michel Roussel

Lavande & Coquelicots

Monsieur Roussel, pour travailler depuis des années avec des personnalités locales ayant des sensibilités diverses, allant du centre-gauche à la droite non-extrême, je sais que cette diversité est un gage de qualité.

Et au nom de beaucoup d'entre nous, je tiens à vous dire simplement : merci de votre confiance.

L&C

M. Roussel

De rien, je pense qu'il ne faut pas rester prisonnier d'une idéologie, mais également regarder la qualité des personnes qui la porte (la représente).
Conséquence logique, en ce qui me concerne du moins, mon vote ira trés certainement à M. Aragneau et pas à un autre.
Il n'y a donc pas à me remercier, tout celà me semble tout à fait justifié et juste.
Quand la gauche sera représentée ici par des gens plus honnêtes et moins incompétents qui penserons plus au peuple qu'à eux mêmes, alors peutêtre reviendrai-je sur ma position.

Istres alternative 2008

Juste deux petites questions à la lecture de votre texte.

Vous dites "le maire de Marseille nous confirme qu'il n'est pas demandeur d'une extension de la CUM vers l'Ouest de l'étang de Berre".
Le communiqué du service presse de la ville de Marseille, en date du 16 février 2007)serait-il un faux ? Il dit en effet, citant M.Gaudin :
« Il ne serait pas illogique que MPM s’étende vers Ouest Provence, ce qui permettrait de renforcer le poids et la dynamique de la communauté urbaine tout en améliorant son potentiel fiscal »

Vous dites également :"de toute façon rien ne se ferait jamais sans l'accord clair des villes et des populations concernées".
Pourquoi cette sage réflexion ne s'applique-t-elle pas à l'incinérateur ?

Lavande & Coquelicots

Sur l'extension de la CUM : le maire de Marseille n'est pas demandeur. Maintenant, le socialiste Mennuci lui dit "Eh ! Pourquoi on s'étendrait pas à l'ouest pour récupérer de l'argent ?" Là-dessus, évidemment que Gaudin tend l'oreille. Mais il n'est pas demandeur pour autant : trop compliqué, autres projets en tête, etc. Surtout, suite à la lettre d'Alain Aragneau, il nous indique que ce projet ne pourra éventuellement être proposé que si les villes et populations concernées sont clairement d'accord. Merci qui ? Merci Alain Aragneau. Enfin un type qui prend les devants, au lieu d'agiter les peurs.

Maintenant, sur l'incinérateur : vous devriez relire tout ce que nous avons écrit là-dessus. Gaudin n'impose rien unilatéralement : ce sont les élus fosséens, vos grands amis Raimondi et Granié, qui ont initié ce projet. Les élus marseillais ont donc acté cette voie, et tout a été engagé. Notamment en 2000, quand Guérini propose un premier plan départemental conforme à cette volonté de Granié d'accueillir un grand centre d'élimination des déchets incluant un incinérateur. Et encore en mars 2002, quand Granié vote un mandat au groupe Suez pour réindustrialiser le Caban sud.

Et ensuite, pour des raisons politiciennes, Granié, Guérini et Raimondi tentent de tout arrêter ? Si la raison avait été sérieuse, Gaudin aurait sans doute accepté. Mais là, il ne s'agit que d'aider Guérini à l'emporter symboliquement sur Gaudin, en vue des municipales à Marseille (que Guérini avait alors en tête). Ce n'est évidemment pas le genre de considérations susceptibles de faire bouger Gaudin de sa position.

Le projet d'incinérateur n'est donc pas imposé aux Fosséens par Marseille, mais par les élus fosséens eux-mêmes. C'est ce qu'on appelle trahir la population, cher Alain Detavernier.

Et ça, nous ne cautionnerons jamais.

Mais nous ne sommes pas tout-puissants : sur l'extension de la CUM, le statut d'Alain Aragneau comme futur député peut compter, surtout que rien n'est encore engagé. Mais il ne suffit pas d'être du même parti que Jean-Claude Gaudin pour lui dicter une solution : sur l'incinérateur, la posture ultra-politicienne de Granié et Guérini, ainsi que les outrances de Raimondi, nous ont complètement empêché d'être écoutés.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Archives