« La petite mère du peuple va "bien s'occuper de vous"... | Accueil | Ségostop : et maintenant... le livre ! »

Commentaires

Naima

Je suis en effet scandalisée par les propos de Madame Royal. Je travaille dans une collège ZEP, à Lyon. Nous juxtaposons une fondation pour enfants lourdement handicapés. Les efforts pourla scolarisation de ces élèves ont été considérables. En revanche, la culture institutionnelle, à l'image de cette attitude de la gauche caviar, favorise l'immoblisme et la négation. Voici mon témoignage.

Je me suis spécilisée dans l'accueil des enfants nouvellement arrivés en France. Parmis les enfants qui fréquentent ma classe d'accueil, certains sont venus en France pour des raisons de soins. Car s'il les Français l'ignorent il faut leur dire, notre système de santé et sa qualité nous est envié dans le monde entièr. Une mère de Famille se présente à l'insciption de son fils. Elle est accompagnée d'un enfant trisomique. Elle m'explique que le médecin de famille lui a demandé de trouver un lieu pour qu'il puisse apprendre les rudiments du français, car un trisomique quelque soit ses origines peut apprendre à exprimer ses besoins, ses envies, et même ses rêves. Il faut changer nos représentations sur les handicapés, et Madame Royal devrait prendre quelques leçons dans ma classe avant de vouloir en donner aux autres. Cete maman et l'équipe pédagogique discutons avec bravoure et non avec bravitutde. Nous convenons d'intégrer cet enfant handicapé dans la classe d'accueil avec son frère, le temps de trouver une autre solution. Nous établissons un programme, une période d'essai, un temps de scolarisation, et même des modalités de suivi en coordination avec la famille. Nous débloquons dans l'urgence un petite somme d'argent pour nous équiper et je passe plusieurs heures à me former pour ce jeune avant de le recevoir. Il intégre la classe deux heures par jour. La maman se déplace de loin et attend pendant deux heures au café du coin, et nous travaillons. L'enfant progrresse vite. Il aime la vie collective. Apprend à dire son nom, se présenter, reconnaitre en Français les objets élémentaires de sa vie quotidienne. La maman est ravie, l'enfant reprend vie, et l'équipe pédagogique que je pilote est heureuse de cette nouvelle valeur apportée à son travail. Oui il s'agit bien de valeur ajoutée, sans augmentation de salaire, mais quelque chose qui offre du sens à nos missions. Lundi,8 heures, je prends mon service avec enthousiasme. Le principal du collège demande à me voir. Il m'explique que l'équipe administrative a tranché, le petit trisomique doit quitter l'établissement. Je suis professeur principal, cette initiative je l'ai longuement étudiée dans un collège équipé pour recevoir des handicapés, mais le mensonge arrive. "il faut une commission, des moyens supplémentaires, et j'en passe... (pour ce qui est de la langue de bois institionnel se reporter aux discours d'ernarque de Madame Royal...) Bref, l'enfant est viré. Pour ne pas me blesser dit-on on accepte la fin de la période d'essai. Car pour ces gens, qui se pensent toujours au centre des préoccupation, ils pensaient que j'étaits au centre. Leur attitude est humiliante, le pire est qu'ils n'en n'ont pas conscience....J'ai mal pour cet enfant, et j'ai mal à motre école, car cette exclusion à été voulu sans discusion et sans courage. Elle fut discutée dans la bravitude, et non dans le réel. Aussi je n'étais déterminée à voter Nicolas Sarkozy, mais l'horreur du spéctacle de la vraie-fausse colère de Madame Royale a forgé ma volonté d'en finir avec le n'importe quoi pour des égos surdimensionnés. J'espère que nous verrons la fin de l'égocentrime politique.

Lavande & Coquelicots

Naima, merci beaucoup pour votre témoignage. Depuis hier, de très nombreux témoigages comme le vôtre nous parviennent : avec la loi de 2005, le Gouvernement sortant a permis d'améliorer considérablement la scolarisation des enfants handicapés.

A vouloir surjouer la candidate outragée, Ségolène Royal est tombée dans l'amoralité politique qu'elle prétendait dénoncer. Nous sommes certains que les électeurs s'en souviendront dimanche.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Archives